Algérie - Biyouna : "Dansez, chantez, n'ayez pas peur, la vie est belle !"

Évaluer cet élément
(0 Votes)

ENTRETIEN-VIDÉO. Déjà sur scène avec "Mon cabaret", son dernier spectacle qu'elle compte jouer en Algérie, Biyouna s'est confiée au Point Afrique. PROPOS RECUEIILLIS PAR HASSINA MECHAÏ

 

Elle sera bientôt la mère d'Omar Sy au cinéma, dans le dernier film de Rachid Bouchareb. Et elle s'en amuse visiblement. Mais entre-temps, Biyouna donne un nouveau spectacle au Palais des glaces, Mon cabaret. Un spectacle hybride, entre one-woman-show et saynètes écrites. L'occasion pour elle d'évoquer, avec finesse et humour, son parcours, l'Algérie, Alger, la religion aussi. Rencontre avec le Point Afrique d'une icône algérienne au rire franc et au franc-parler.

 

 

Le Point Afrique : Quels messages souhaitez-vous faire passer à travers ce spectacle ?

Biyouna : J'y parle avec le cœur. Ce spectacle n'est pas seulement une écriture. C'est pour cela que Cyril Cohen, le scénariste, m'a aidée à le mettre en forme. Il écrit et moi, je lui raconte. Il le fait avec le bon vocabulaire français, et moi avec mes souvenirs et mon franc-parler. Certains sujets me tiennent à cœur, surtout l'islam. Voilà pourquoi je parle de cela. Et puis, j'ai vécu avec des femmes qui faisaient la prière, qui mettaient le foulard, mais quand j'étais jeune, c'était normal. Mais le voile, je le dis et le répète, est sacré. On ne le met pas avec la peur. Mais avec le cœur. Le voile n'est pas un cache-cœur.

Vous avez tenu vous-même un cabaret ?

Oui, mais très peu de temps. C'était en 2001 à Alger. Même durant la décennie noire, il y avait des cabarets à Alger. Je n'ai pas eu peur. J'ai dépassé la peur… et c'est cela qui me fait peur. Certes, j'ai été menacée, mais je ne vais pas pleurer sur mon sort. Tout le monde a été menacé.

Jouerez-vous ce spectacle en Algérie ?

Justement, on est en train de préparer une tournée là-bas, Alger, Oran, Annaba, la Kabylie. Mieux, nous voudrions faire une tournée dans le Grand Maghreb, la Tunisie et le Maroc inclus. Et j'aurais le droit de dire ce que je veux. Même les histoires un peu scabreuses. On me les réclame, j'entends des familles qui m'interpellent. Ils adorent l'interdit (rires). Tous les publics sont merveilleux, il y a un mélange : juifs d'Algérie, berbères, arabes… J'entends les salles, les sens. Je réponds quand on me parle. Je sens surtout l'amour, je sens que je les déstresse. Les youyous ne me gênent pas, même les flashes me font plaisir. J'interdis qu'on les interdise.

Pour beaucoup d'Algériens, vous êtes une figure familière, vous le voyez ?

Pour eux, je ne suis pas une actrice ou une comédienne. Je suis leur chose. Je suis à eux. Je le sais. C'est douloureux parfois. Tu n'as pas vu comme j'ai maigri (rires). Mais c'est une belle douleur. Les gens dansent à la fin, ils sortent leur stress et j'en suis heureuse : « Dansez, chantez, n'ayez pas peur, la vie est belle. »

Comment êtes-vous arrivée, vous une femme algérienne, au spectacle, à la comédie ?

Je suis issue d'une famille d'artistes. Ma sœur était Faïza el Djazaïria, une soprano qui chantait comme Fairuz du Liban. Mon oncle était Cheick Mahmoud, un grand chanteur populaire de chaâbi et d'arabo-andalouse. Moi, j'ai commencé par la danse, donc comme un vilain canard. Déjà, ma sœur chanteuse ne passait pas, mais moi, c'était pire, j'étais la rebelle. Je suis rentrée dans la comédie par effraction. J'ai cassé la porte. J'avais 16 ans et je suis allée comme visiteuse, voir un tournage. Il y avait aussi un casting en même temps. Les filles défilaient devant le réalisateur pour jouer un rôle. J'ai alors dit au régisseur, « mais il est facile ce rôle, pourquoi il se casse la tête comme cela ». J'ai une voix qui porte et le réalisateur s'est énervé et m'a dit : « Toi, là, montre-nous ce que tu sais faire. » Il m'a dit cela devant tout le monde, une centaine de personnes, avec toute l'équipe technique. Je ne l'ai pas supporté. Je me suis alors levée et lui ai dit : « Je vous interdis de me parler comme cela. » Il a alors dit : « C'est elle. »

Vous n'avez décidément peur de rien…

Ce n'est pas que je n'ai peur de rien ; on a quand même une peur. Mais je suis comme ça. Et puis advienne que pourra. Comme je le dis dans mon spectacle, on dit « Mektoub » et tout passe. On ne va pas chez le psy. Même si on meurt, on dit « Mektoub » et c'est tout.

Dans ce spectacle, vous dites que la France et l'Algérie sont comme un couple de divorcés…

On a fait la guerre avec la France, mais il faut tourner la page. On s'entend bien, mais on sait qu'il y a un problème. Seulement, on ne sait pas lequel. La France a besoin de l'Algérie et l'Algérie a besoin de la France. Mieux, si le Grand Maghreb s'unissait, ce serait formidable. Il y a un grand mariage entre l'Algérie et la France. Mais il y a beaucoup d'enfants. L'Algérie et la France ne se quitteront jamais, que ces pays le veuillent ou pas. C'est à la fois un mariage d'amour et de raison.

Mon cabaret, du mardi au samedi à 21 heures, au Palais des glaces, Paris 10e.

 

lepoint.fr - 24 Decembre 2016

Lu 1973 fois

Algérie - Biyouna : "Dansez, chantez, n'ayez pas peur, la vie est belle !"

1974 hits

ENTRETIEN-VIDÉO. Déjà sur scène avec "Mon cabaret", son dernier spectacle qu'elle compte jouer en Algérie, Biyouna s'est confiée au Point…

 from 0 votes

Le chanteur algérois Amar Ezzahi s'est éteint

1368 hits

La plus grande figure du chaâbi, Amar Ezzahi est décédé mercredi à l'âge de 75 ans.

3.38  from 13 votes

La Banque africaine de développement accorde un prêt de 990 millions de dollars à l’Algérie

854 hits

La Banque africaine de développement (BAD) a octroyé un prêt de 990 millions de dollars (900 millions d’euros) destiné au…

 from 0 votes

Diffusion des idées extrémistes sur internet punie de prison en Algérie

1248 hits

Les internautes Algériens sont désormais sujet á une surveillance concernant leurs posts sur le web. Cette loi planche précisément sur…

 from 0 votes

Cinémathèque Algérienne-Un acteur humilié pour avoi participé au festival de Cannes

3028 hits

Le réalisateur algérien Damien Ounouri a poussé ce dimanche un grand coup de gueule sur les réseaux sociaux. L’un des…

 from 0 votes

54e anniversaire de l'indépendance : Qu'avez-vous fait de l'Algérie ?

1212 hits

Le 54é anniversaire de l’indépendance surprend un État algérien est désarmé. Nous n’aurons pas su protéger l’indépendance des appétits de…

 from 0 votes

En Algérie, inquiétudes pour la liberté d'expression

1090 hits

Alger - Le directeur d'une chaîne de télévision et un producteur incarcérés, le rachat d'un important groupe de presse gelé…

 from 0 votes

Théâtre: la décennie noire et la qualité des pièces, parmi les causes de la défection du public

3267 hits

TIZI-OUZOU - La décennie noire et la qualité de certaines pièces produites dernièrement sont parmi les "principales causes de défection…

 from 0 votes

En Algérie, les milliardaires contrôlent l’information

2223 hits

Jamais les médias algériens n’ont été aussi monopolisés par le pouvoir de l’argent. De riches oligarques font et défont désormais…

 from 0 votes

L'Algérie veut punir le départ à l'étranger des aspirants jihadistes

2347 hits

En Algérie, un nouveau projet de loi prévoit de criminaliser le fait de partir à l'étranger pour participer à des…

 from 0 votes

Lectures Populaires

Recettes populaires

Blagues Populaires