samedi, mai 25, 2024
AccueilPoint de vueDes émeutes en Algérie... AH BON !...

Des émeutes en Algérie… AH BON !…

On peut tromper quelques personnes de temps en temps, mais on ne peut pas tromper tout le monde, tout le temps. Les jeunes algériens qui sont descendus dans la rue ne sont pas descendus uniquement parce que les prix du sucre et de l’huile (pour ne citer que des deux denrées), a augmenté d’une façon drastique.

Non, les jeunes sont descendus dans la rue dans l’espoir « de changer ce système » qui les nargue depuis des lustres.

On avait identifié les problèmes de l’Algérie et on va les citer à la louche :

  • Lorsqu’un gouvernement attribue 300.000,00 DA par mois à des députés-illettrés quadrilingues, que cherche-t-il ?
  • Lorsqu’un président, arrivé au terme de son second mandat, ne trouve comme seule issue que de changer la constitution pour demeurer à vie le Nabab, que cherche-t-il ?
  • Lorsque ce même président, avance ses pions, entre autre son frère, couteau de 3ème zone, pour lui succéder, que cherche-t-il ?
  • Lorsque les attributions de hauts postes de responsabilités sont réservés aux potes, à ceux qui ont servi le système fidèlement (consulter les nominations de Consuls et vous serez édifiés). Que vient faire un ancien officier de l’armée, qui a passé une longue carrière en Algérie, comme Consul ?
  • Lorsqu’un jeune, même avec 14 de moyenne au Bac, n’arrive pas à s’inscrire dans la spécialité de son choix, que pense l’autre jeune qui n’est même pas arrivé au bac ?
  • On a relevé et alerté l’opinion sur les 200.000 jeunes qui sont exclus du système scolaire chaque année. Ces jeunes, on les retrouve enfin dans la rue et le gouvernement leur attribue maintenant la dénomination « d’émeutiers !).
  • Lorsqu’un système judicaire est confié à des voyous qui rendent la justice dans les cafés, que pense le justiciable lésé ?
  • Lorsqu’un PDG d’une grande marque de voiture avoue que pour s’installer en Algérie, il a dû verser 2 millions d’euros à un général, que pense le jeune devenu désormais émeutier ?
  • Que pense le jeune lorsqu’il apprend, d’une part que des milliards ont été dilapidés dans le programme d’aide à l’agriculture, entre autre par l’ancien ministre barkat dans sa wilaya de Biskra, et qu’il apprend d’autre part, quelques années plus tard, que le président vient de décider de l’effacement des dettes, et ce à quelques semaines du scrutin présidentiel ?
  • Que pense le jeune lorsqu’il apprend que les policiers viennent de bénéficier d’une augmentation de salaire de 50 % avec effet rétroactif au 1er janvier 2008 ?
  • Que pense le jeune qui sait que l’Algérie a plus de 160 milliards de dollars de réserve qui servent actuellement à financer l’économie américaine ?

Je n’ai cité que quelques cas précis qui sont tombés dans le domaine public. Un tel système ne peut qu’enfanter et engendrer la situation que vit actuellement l’Algérie. Les seuls perdants sont malheureusement ceux qui ne peuvent plus se défendre. Les nababs algériens ont déjà préparé leur départ. Chakib Khelil a déjà été vu du côté de Neuilly où il a semble-t-il déjà acheté une immense demeure.

 

La situation va sans doute dégénérer. Les jeunes algériens ont plus que marre de ce système. L’augmentation du prix des denrées alimentaires n’est qu’accessoire. Le manque de logement ne peut, à lui tout seul, justifier un embrasement généralisé du pays. Non, les jeunes sont décidés à croiser le fer avec les autorités.

Nul ne peut prévoir la suite qui nous est réservée. On va sans doute apprendre que des cargaisons de sucre et d’huile à bas prix vont déferler sur l’Algérie. Mais, cette fois-ci, la jeunesse n’est plus dupe. Elle a, depuis longtemps compris, que le système doit absolument changer. 

On sent comme une fin de règne.

Benyoucef Badreddine, Janvier 2011

 

 

ARTICLES SIMILAIRES
- Publicité -

POPULAIRE